Urgences vitales 144

David Boito

Boito David Boito face à l'entrée de Rennaz, des plans et un smartphone comme outils de travail. (Christian Hofmann, 12 juin 2017)

David Boito est un homme impatient. Et un décideur, un perfectionniste, un fonceur, quitte à faire des mécontents. La mission du chef de projet Soins à l’Hôpital Riviera-Chablais (HRC) : analyser la situation actuelle, trier ce qui va et ce qui ne va pas, puis proposer des solutions en vue du grand chambardement de Rennaz.

David Boito est au bénéfice d'une triple formation de laborantin en biotechnologie, d'infirmier et de technicien en radiologie médicale. Arrivé en Suisse en 2005 depuis la Belgique, il occupe ce poste charnière de chef de projet Soins depuis 2013. Auparavant, il a passé six ans à l’Hôpital du Valais, d'abord en tant que technicien en radiothérapie. Il devient ensuite infirmier chef de l’unité de médecine et de l'unité de soins palliatifs. A partir de 2011, il rejoint l’Hôpital du Chablais avec le titre d’infirmier chef de service adjoint à la direction des soins.

"Je cherche à anticiper l'avenir"

En collaboration avec l'ensemble des chefs de projets et des binômes médico-soignants, il prépare la nouvelle organisation de l’HRC. Il est impliqué dans les décisions stratégiques de la direction. Le cadre supérieur pilote des projets tels que la gestion des flux des patients, des transports, des absences. "J’essaie d’anticiper l’avenir". David Boito défie le temps, les lenteurs, les incohérences pour aller de l’avant.

Aujourd’hui, il cherche à "faire admettre des évidences à tous ceux qui ne les considèrent pas comme telles". On devine les confrontations, les remises en question, la recherche têtue d’un dénominateur commun afin que le nouvel Hôpital accouche de lui-même.

Pour la photo sur le chantier, il empoigne les plans du bâtiment hospitalier en construction. C’est sa feuille de route. Le futur Hôpital se fabrique avec les collaborateurs, mais également en tête à tête avec l’architecture de l’édifice. "C’est magique de voir les plans se réaliser, voir des idées qui se concrétisent", à l’image du salon de sortie pour les patients, à proximité du garage du rez-de-chaussée, dont il a eu l'inspiration.

Chef de projet dans l’âme, alors qu’il n’existe pas de formation avec diplôme, c’est  Arnaud Violland, directeur du Département des systèmes d’information, de l’organisation et de la logistique « qui m’a appris ce métier ». Son penchant pour des approches logiques, organisationnelles, rationnelles a fait le reste.

Au moment de quitter le chantier, l’homme de 47 ans, marié et père de quatre enfants, confesse sa passion pour la spéléologie. David Boito est un aventurier du monde souterrain. Il a accompli des expéditions d’envergure sur plusieurs continents. "La spéléologie structure la tête, c’est bon pour un chef de projet. On ne part pas pour une expédition de quatre mois dans la brousse les mains dans les poches!", conclut-il avant de retourner à ses dossiers d’un pas ferme et mesuré.

Tous les épisodes de la série