Urgences vitales 144
HRC CoverHistoire

L'hôpital d'Aigle en 1932, année de son ouverture.


DR

Histoire

Des infirmeries à l’Hôpital Riviera-Chablais

Jusqu’à 1970 

A partir de 1850, des infirmeries locales éclosent en nombre dans le canton de Vaud alors qu’un grand hôpital cantonal prend pied à Lausanne. Sous l’impulsion des élites protestantes, soucieuses d’affirmer les valeurs d’entraide et le respect de l’ordre social, ces «permanences de proximité» ouvrent également à Vevey (Samaritain, 1858), Montreux et Aigle (1871). La diaspora catholique est en revanche à l’origine du site de Vevey Providence en 1866. A la même date, on inaugure l’hôpital de Monthey en Valais. L’hospice de Mottex, à Blonay, date de 1924. Il est destiné à lutter contre la diffusion de la tuberculose.

Au fil des ans, ces lieux se développent, évoluent, grandissent. On bâtit un nouvel hôpital à Montreux en 1927. On inaugure celui d’Aigle en 1932. Puis, en 1935, c’est le tour de Vevey Samaritain. La même année, s’ouvre à Monthey l’Hôpital du district dont le financement sera également assuré par une Loterie de grandes dimensions, qui encaisse plus d’un demi-million de francs.

De 1970 à 1998

La crise pétrolière et économique des années 1970 conjuguée à l’évolution des pratiques médicales et à la croissance des coûts de la santé contraint le canton de Vaud à mieux maîtriser l’évolution de son dispositif de soins hospitaliers et à préciser ses règles de planification et de financement. Des experts, dont le professeur Pierre Gilland, soutiennent la mise en réseau, la rationalisation des équipements, voire leur concentration. Un premier plan hospitalier vaudois est soumis au Grand Conseil en 1966; il définit huit zones sanitaires et fixe, entre autres, les principales options prises pour chacun des hôpitaux en précisant leurs missions et les grands investissements à envisager dans les quinze années suivantes.

Les hôpitaux de la Riviera et l’hôpital d’Aigle n’échappent pas à ce grand courant de restructuration. Au cours des années 1980, la nécessité de moderniser les sites devient pressante. Les équipements vieillissent, ne sont plus adaptés aux nouvelles réalités sanitaires malgré les transformations successives. Montreux a été encore agrandi et rénové en 1973, le Samaritain à Vevey en 1967 et entre 1982 et 1986.

Le canton de Vaud préconise désormais un «aménagement définitif» sur la Riviera plutôt que des rapiéçages. Dans cette optique, on envisage d’abord un nouvel hôpital unique pour la seule région Riviera à Sully, à l’est de la Tour-de-Peilz. Mais un référendum et un affaiblissement des motivations régionales condamnent le projet qui est abandonné en 1995.

Le canton demande alors aux hôpitaux de Vevey Samaritain, Montreux et Mottex de fusionner pour former un hôpital multisite qui voit le jour trois ans plus tard (1998). Vevey Providence les rejoindra en 2004. Les établissements marquent ainsi leur volonté de travailler ensemble. Et, tôt ou tard, de se regrouper au sein d’un seul bâtiment hospitalier pour la Riviera.

Dans le Chablais, les hôpitaux d’Aigle et de Monthey concluent également, avec les incitations et l’appui des deux cantons, leur fusion pour former le premier hôpital intercantonal de Suisse en 1998. Là aussi, la région et le nouvel hôpital mutisite espèrent pouvoir, à terme, réunir leurs activités sur un seul et nouveau site pour le Chablais.

De 1998 à Rennaz 

Mais cette nouvelle configuration n’est qu’une étape. Les cantons de Vaud et du Valais entendent aller plus loin et remettent en question leur planification selon les zones sanitaires, devenues trop étroites et mal adaptées aux nouvelles exigences tant médicales qu’économico-financièeres.

En 2001, les gouvernements des cantons de Vaud et du Valais optent pour un centre hospitalier unique sur un seul site réunissant les activités des hôpitaux de la Riviera et du Chablais.

Il faudra sept ans d’études et de réflexions avant d’aboutir en 2009 à la convention intercantonale qui accouche de l’Hôpital Riviera-Chablais (HRC) ; document qui stipule que HRC sera composé des sites de Rennaz (pour les soins aîgus) ainsi que de deux antennes à Vevey et Monthey. La Convention assure également la garantie financière indispensable au lancement du concours architectural et à la réalisation des études de détails du projet lauréat.

En 2012, les parlements de deux cantons approuvent le projet et votent son financement. La fusion juridique des deux établissements existants a lieu deux ans plus tard. Depuis janvier 2014, Le Conseil d’Etablissement et la nouvelle Direction générale façonnent la gouvernance ainsi que l’organisation médicale et des soins de l'HRC en vue du grand rendez-vous avec les «nouveaux murs» situés à Rennaz dont la construction sera achevée à la fin de 2018.