Santé

Améliorer la sortie d'hôpital

07 février 2017

Une attention accrue à la prise de médicaments des patients au cours de leur hospitalisation déploie un effet bénéfique sur la suite des traitements

 

 

Une étude menée par l'HRC et la Pharmacie des Hôpitaux de l'Est Lémanique (PHEL), publiée dans la revue European Journal of Internal Medecine, montre que des mesures pharmaceutiques prises durant le séjour hospitalier réduisent les changements de médication durant les différentes étapes de la prise en charge des patients. De plus, le nombre d'interventions des pharmaciens d’officine sur les ordonnances de sortie a également pu être diminué de manière significative, tout comme le recours ultérieur aux médecins hospitaliers. Tous ces éléments contribuent à l’amélioration de la continuité des soins et de la sécurité des patients.

Méthodologie

Réalisée au sein du Service de médecine interne du site du Samaritain à Vevey de l'HRC en collaboration avec 14 pharmacies de la région, l'étude s'est déroulée sur six mois. Un groupe  de 64 patients a été pris en charge selon la procédure habituelle ("groupe contrôle") tandis qu'un deuxième groupe de 54 patients a bénéficié de trois interventions expériementales durant leur hospitalisation ("groupe intervention").

La première des ces interventions consistait en une réconciliation médicamenteuse lors de l'admission à l'hôpital, soit un bilan comparatif de tous les médicaments pris à domicile par le patient avec ceux disponibles au sein de l’institution à son arrivée. La deuxième était une revue de la médication durant l’hospitalisation du patient. Enfin, la troisième proposait une réconciliation médicamenteuse de sortie associée à un commentaire d'ordonnance de sortie au terme de leur hospitalisation, autrement dit un bilan au moment du départ afin de transmettre les informations essentielles relatives aux modifications de traitement apportées pendant le séjour.

Ainsi, une attention particulière a été accordée à la réconciliation médicamenteuse, dont le but est de garantir un suivi optimal des traitements lorsque le patient entre à l’hôpital ou en sort. La réconciliation consiste à comparer la médication prescrite avant et après ces étapes clés et, si nécessaire, à proposer au médecin des adaptations de traitement afin d’optimiser la transition.   

Résultats

La comparaison des deux groupes a montré une baisse significative (- 77 %) du nombre d’interventions pharmaceutiques réalisées par les pharmaciens d'officine sur les ordonnances de sortie du groupe «intervention» par rapport au groupe «contrôle». Elle a également démontré une diminution très significative du temps nécessaire à la validation de l’ordonnance de sortie, ainsi qu’une diminution du nombre d’interventions nécessitant un appel au médecin de l’hôpital (- 75%).

Les changements de traitements à différents étapes de la continuité des soins ont également diminué de façon significative dans le groupe «intervention»:

  • - 40% de changements entre l’admission à l’hôpital et la sortie de l’hôpital,
  • - 66% entre la sortie de l’hôpital et le passage à la pharmacie d'officine,
  • - 25% entre le passage à la pharmacie d'officine et le 1er rendez-vous post-hospitalisation chez le médecin traitant.

L'étude a été récompensée par le prix "Coup de cœur" lors des dernières journées franco-suisses de pharmacie hospitalière.